Archives pour la catégorie Femme

Confession d’une migraineuse compulsive.

Qu’on se le dise, avoir une migraine, c’est la fin du monde. Et ici je ne parle pas d’un petit mal de tête fatiguant qui te tape sur les nerfs. Je parle d’une VRAI migraine. Le genre de mal qui t’atteind sur tout les sphères. Qui t’empêches de manger, de dormir, de marcher… DE VIVRE.

576556_537530586325308_769277354_nC’est lors d’une migraine qui me vient cette penser, cette penser que je déteste, celle du « maudit que ca fait CHIER (désolé mais c’est le terme approprier) d’être une mère célibataire. ». Parce que lorsque tu as une migraine, c’est loin d’être une pub d’advil ou tu ballais le mal à coup de « pitchnuts » et que la vie continue. Tu te caches de la lumière, parce que celle-ci à le même effet que des lames de couteaux qui te transpercent les yeux. Tu ne peux rien avaler, parce que juste l’idée de manger te donne envie de vomir tes trips. Tu ne peux pas te lever, parce que les étourdissement sont si intenses que de 1, le mal de coeur de reprend et de 2, tu as l’impression que ton cerveau ce  fracasse contre les parois de ton crâne comme un marteau piqueur. Oublis la journée au lit à regarder la télé, le simple fait de penser à te concentrer te donne le tourniquet et la lumière de celle-ci, même en baissant au plus bas niveau la luminosité de ta télévision (j’ai fait le test) est trop forte pour que tes yeux ne puissent la supporter. Alors tu fais quoi? Tu te barricades dans ta chambre, les rideaux et les lumières fermées, tu te mets des bouchons si les bruits ambiants sont trop lourds à supporter,tu te mets une tuque pour garder la chaleur de ta tête, un loup, pour être certaine qu’aucune luminosité ne t’atteints, tu mets ton pyjama le plus chaud et, tu fais rien. Tu restes étendu la, sous des 32 couvertures et tu pries pour que ça arrêtes…. Tu pries pour ne pas avoir envie d’aller à la salle de bain, te faisant sortir de ton cocon.

Imaginez maintenant, être prise dans ce cercle, avec une petite princesse de 5 ans à la maison, puisque c’est le week-end.

J’ai été prise de cette migraine vendredi, j’ai quitté le bureau plus tôt pour aller me reposer et me soigner avec mes remèdes « miracle » puisque j’avais un party d’Halloween le soir même. À 6h, (4h plus tard) je « pétais » le feu alors j’ai donc décider d’y aller.J’ai passée la majeur partie du party dans mon coin,  ou à essayer de mon plus fort d’avoir l’air naturel mais, je sentais la maudite migraine revenir cogner à la porte. J’ai donc quitté beaucoup plus tôt que prévu. Le lendemain matin, je « pétais le feu » encore une fois. Ça tombait très bien puisque j’avais une méga tonne de choses à faire.Mais…. Ma tête en décida autrement.À 4h, je me mis à avoir des vertiges, à avoir de la misère à tenir debout et,c’est alors que la migraine commença de son plus fort. Je passa donc, de samedi vers l’heure du souper à, ce matin même, couché dans mon lit a agoniser, c’est vraiment le cas de le dire. Je n’ai pas mangée ou à peine et, je n’ai absolument rien fait. Par chance, ma jolie petite princesse est assez vieille pour comprendre que maman est, VRAIMENT malade mais, 3 jours de temps… Ça commence à être plus tough.J’ai commander du resto pour elle pratiquement tout les repas (ça coûte cher à la longue lol) puisque je n’avais même pas la force de faire une toast. Et non, je l’avoue, je n’ai pas été voté et, ca me fait ROYALEMENT chier (désolé mais encore une fois, ce mot est approprié pour la situation). Moi qui prône toujours l’importance de voter, qui passe son temps à chialer sur ceux qui ne votent pas, je n’ai pas voter. J’avais de la difficulté à me rendre à la salle de bain,je devais me tenir sur les murs et garder les yeux fermées. Parfois même ma fille devait me guider jusque la. Imaginez maintenant sortir et se rendre au bureau de vote…. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Hier, je ne suis pas rentrer travailler, je n’ai même pas envoyé ma fille à l’ecole. Je sais qu’il aurait été plus sage de le faire puisque j’aurais eu la tête plus tranquille pour me reposer mais, je n’avais pas la force d’aller la porter. De samedi à ce matin, ma fille de 5 ans à du jouer l’adulte responsable de la maison. Elle c’est occupé de moi comme si elle etait la maman. Est-ce que ça fait de moi une mère ingrate? Peut-être. Mais en même temps, j’aurais du faire quoi? Bref… Oui, je dois vraiment aller consulter….. Encore une fois.

Femme avec enfant ou maman?

Je me pose souvent la question à savoir pourquoi je n’ai pas beaucoup d’amis avec des enfants et, je crois aujourd’hui avoir comprit pourquoi.

Celons les exemples concrets qui m’entour, je ne suis pas une vrai maman. Je me considèrerais plutôt comme une fille, ou plutôt ou femme, avec un enfant. La différance? Le nom. Je suis d’abord et avant tout une femme avant d’être une maman, ce que bien dès mères semblent malheureusement oublier. Peut-être es ce de l’ingratitude de passer ca personne avant son enfant? Et je ne parle pas ici du plus poussé « Si vous étiez dans le désert et qu’il ne restait qu’une portion à manger » et même la, je crois que je la séparerais en deux. Pourquoi? Parce que de toute façon, mon enfant de survivrait pas seul. Il aurait besoin de moi. Suis-je née d’une autre planète pour croire qu’une mère heureuse fait des enfants plus heureux? Et si le fait de me cacher complètement derrière mon enfant et d’en faire mon sujet principal de conversation a tout les jours ne me rendait pas heureuse?  Si j’avais besoin de moment a moi, a parler de tout et de rien et a faire autre chose que de la discipline? Serais-je une mère ingrate pour autant?

Je n’ai plus vraiment d’amis avec de jeunes enfants puisque je suis tannée de parler d’enfants. Étrange? Peut-être bien. J’ai fréquentée longtemps une « maison de la famille » ou j’allais tout les mardi afin de me retrouver entourer de maman pour jaser. Je l’ai fréquentée jusqu’à ce que je me rendre compte que c’était comme un lavage de cerveau pour moi. « Mes enfants ont fait ci, mes enfants ont fait ca, je leurs ai acheté ci, je leurs ai acheté ca, ils ont dit ci, ils ont dit ca… » . Je ne savais pas vraiment ou me situer… Oui j’en achète des choses a ma fille, ou elle en fait et en dit des trucs mais… En parler pendant 4 heures tout les mardis avec des femmes aux foyer qui chialent a quel point leurs vie est dur a supporter, a quel point ils aimeraient aller prendre un verre avec des amis une fois de temps en temps mais que la vie de maman ne leurs permet pas a etc, l’idée ne me plait pas vraiment. « Oui mais Gabe, tu es monoparentale a 100% alors tu ne peux pas te le permettre! » me direz-vous. Et bien laissez moi vous dire que vous avez tors.

Ma fille ne mourra pas si je la fait gardée une soirée de temps pour prendre soin de moi, si je l’emmène chez des amis qui n’ont pas de jouet ou, simplement pas d’enfants de son âge pas plus qu’elle ne mourra si j’invite des amis prendre un verre a la maison. Elle ne mourra pas non plus si je suis malade et lui fait un bol de céréale pour souper, si elle saute une journée de bain ou si elle passe une journée en pyjama.

Ca l’air stupide écrit comme cela mais, c’est une réalité, certaine mère que je côtoie s’arracherais littéralement les cheveux de sur la tête en lisant ce petit paragraphe.

J’existe, je suis une personne a part entière et ma fille les la plus merveilleuse chose qui me soit arrivée. Elle fait partie de mon bonheur mais, n’est pas son intégralité. Je n’ai simplement pas envie de me réveiller a 40 ans, regarder en arrière et me dire remémorer tout ce don j’ai passé a coté. Peut-être suis-je une mère ingrate mais, si cet ingratitude est d’élever son enfant tout en restant moi-même alors oui je le suis et je l’assume amplement!

– Une femme avec un enfant.