Archives pour la catégorie Reseaux sociaux

Vomir, pleurer et ce Dexterizer.

Depuis quelques temps, je suis devenue une intense « produzeuze », comme dirait ma fille. Je crée toute sorte de choses telles que des robes (en particulier de Noël) pour enfant. Instagram est donc devenu mon meilleur ami afin de publier le tout quand j’aurai terminé, ou plutôt quand je serai satisfaite de mon travail. Je me suis donc mise a suivre une tonne de comptes, en particulier des mamans bien sûre et aussi d’autres petites créatrices en tout genre. Ce matin, pendant ma petite tournée de recherche de nouveaux abonnements je suis tombée sur un compte que je croyais anodin sur le coup. Une photo profil de jeune fille en camisole avec un username étrange mais, normal. Comme « JHC2345 » pour ne pas dire le vrai. À ce moment, j’ai cliqué afin d’en voir le contenu et décider si j’allais m’abonner ou non. C’est alors que j’ai eu le souffle coupé de plein fouet.

Je venais d’atterrir sur un compte pédophile… Ou plutôt de pornographie juvénile.

Je me dépêcha le plus rapidement possible de fermer le tout afin de ne pas voir d’avantage mais, le peu que j’ai vu  en est assez pour me mettre en état de choc. Je ne tiens pas à décrire le tout, j’ai encore envie de vomir, de pleurer et, de me transformer en Dexter à la fois. Une des photos que j’ai TRÈS rapidement apercu me reste par contre en tête plus que les 2-3 autres puisque la jeune fille ressemblait à la mienne… Et je tiens a re-préciser que ma fille a 5 ans. J’en « shake » encore. Je sais pas ce qu’il y a de pire; le contenu du compte OU les plus de 1 400 followers que ce compte possède.

Bref, j’ai décidé de le signaler. Je suis aller sur le site même de la Surêté du Quebec et bien sur, le liens du formulaire de signalement ne fonctionnait pas. J’étais encore sur l’adrénaline et je ne savais pas trop quoi faire alors j’ai appelé directement le 9-1-1 à l’aide de mon cellulaire cachée dans un coin tranquille au bureau. J’avais un peu l’impression de jouer « l’épaisse » en appelant les services d’urgence et j’avais peur de me faire dire que je bloquais ce service pour rien. Finalement la personne au bout du fil a été TRÈS compréhensive.  Elle m’a expliqué que ce que j’avais fait était la bonne chose. Malheureusement, celle-ci ne pouvait rien pour moi, elle m’a demandée de faire imprimer le site et de me présenter au poste de police le plus près de mon travail immédiatement. Je ne voulais pas retourner sur ce compte, et encore moins imprimer ses images que j’avais déjà d’imprégnées dans la tête. D’ailleurs, je ne suis pas sur que mon patron aurait apprécié. J’ai donc expliqué la situation à la dame qui m’a dit alors de me rendre la bas avec mon téléphone cellulaire. Je marcha donc 7 coins de rues (parce que oui, heureusement le poste n’est pas trop loin) pour finalement me rendre au poste. Une fois là-bas, je me suis sentie comme une extra-terrestre. Les trois policiers étaient accotés un peu plus loin et ne pouvaient pas vraiment me répondre. « Ouin bah c’est pas moi qui s’occupe de ça. Tu l’sais tu toi qui s’en occupe [en regardant l’autre à côté]? C’est tu dans notre champs de compétence anyway? » Bref, je retourna au bureau avec un petit papier avec un numéro de téléphone dessus du service de violence et d’abus sexuel ou quelque chose du genre ET une information du genre « Ouin mais m’dame, c’est possible que vous ayez à vous rendre à la place Versailles pour faire votre signalement ». Rendue au bureau, j’alla prendre d’assaut la salle de meeting et je telephona a ce numéro. La dame au bout du fil n’avait pas trop trop l’air de savoir quoi faire. Elle m’a dit « Oui mais est-ce que c’est a Montréal? » MAIS JE LE SAIS PAS C’EST UN SITE WEB MONDIAL! « Je ne sais pas quoi vous dire… Attendez je vais vous transférer ». Elle me transfère donc a la boite vocal du « Lieutenant chef je sais pas quoi » qui s’occupe des enquêtes sur tout ce qui regroupe la pédophilie et l’exploitation sexuel des enfants.

Bref, j’attend avec impatience son appel pour pouvoir FINALEMENT faire mon signalement.

Je suis sous le choc, j’en reviens pas qu’il soit si compliqué de signaler un foutu site du genre. Est-ce moi qui s’y prend de la mauvaise façon? Si oui, DITES-MOI COMMENT! Et je suis sérieuse la! Si non, je vais me créer un post de « signaleuse » moi-même criss [désolée mais a ce moment, ce mot est TRES approprié].

P.s.: Je viens de signaler sur www.cyberaide.ca mais malheuresement Instagram a deja supprimer le compte, j’espere qu’il y aura des sanctions plus que simplement supprimer le compte et qu’ansi cet personne puisse revenir a sa guise et continuer.

Les 5 minutes les plus surréalistes de ma vie

Mise en contexte

Vous avez sûrement entendu, la rumeur voulant que le couple Lemay-Thivierge-Wolfe soit chose du passé. Rumeur, qui a été démenti d’ailleurs.

Plusieurs, en ont profité pour se faire du capital médiatique sur leur dos. De bon goût pour certains, moins pour d’autres.

Gab Roy, fidèle à lui-même, c’est classé dans le moins. Avec une histoire, à la sauce «50 nuances de Grey», accompagnée de la vulgarité de Mike Ward (à ses débuts). Avec évidemment, Mariloup Wolfe et lui-même comme personnages vedettes.

De très mauvais goûts, mais le style artistique y ait. Et connaissant le personnage, oui il faut voir le 3 et 4e degré pour apprécier. Et encore là, Gab Roy trouvera le moyen d’aller plus loin (ou tomber plus bas, c’est selon).

Jusque-là, tout va bien.

Je dois vous dire, que c’est via Stéphane E.Roy (si je vous dis Sylvain dans Caméra Café ?) que je suis tombé sur le billet de l’autre Roy. C’est le commentaire du premier qui a attiré mon attention, puisqu’il réclamait ni plus ni moins la censure de l’autre. Un artiste qui réclame la censure, ça me surprend toujours.

C’est peut-être une légende urbaine, mais j’ai toujours cru qu’artiste et censure ça n’allait pas ensemble.

En lisant, les commentaires à la suite du texte de Roy (pas E.), je me suis dit «le meilleur moyen de censurer quelqu’un, c’est de ne pas le lire. Non ?» T’a le droit de pas aimer, mais le faire taire ? Tu te prends pour qui ?

J’ai donc partagé le lien, en y ajoutant mon propre commentaire.

«Pour public averti…

Je lis rarement Gab Roy, mais chaque fois que je lis un de ses textes, j’ai toujours la même interrogation. Qu’est-ce qui est le plus drôle ? Son langage coloré, ou les réactions de ceux qui prennent ça pour du cash et qui réclament sa censure ? Généralement, les mêmes qui se battent contre la censure, quand c’est dans les limites de LEURS bons goût.

Je cherche encore la réponse…»

Je ne visais pas E.Roy personnellement, mais je mentirais si je disais que je n’y ai pas pensé.

C’est ici que ça dérape.

E.Roy c’est senti attaqué, et solidement à part ça. Il a cru bon de se transformer en Gab Roy pour me prouver son point. J’ai plus ou moins compris la tactique sur le coup, mais comme je ne me laisse pas si facilement intimidé…

Pour suivre sa logique, j’aurais dû le censurer de mon mur. Ce qui n’est pas mon genre.

Voici le débat.

Surréaliste

Au final, c’est lui qui m’a bloqué.  Peut-être, parce que je m’entêtais à ne pas voir sa mise en scène. En fait, je ne voyais pas trop ce qu’il voulait apporter au débat. Et il en a rajouté en privé. Au lieu, d’utilisé la messagerie pour m’expliquer où il voulait en venir, il est resté dans son personnage.

Pour les curieux, qui voulaient connaitre l’insulte, c’est là 😛

Se faire insulter par Stephane E.Roy priceless

J’ai dû la relire plusieurs fois, pour y déceler le personnage. Ce gars-là, ne me connait ni d’Ève ni d’Adam. Qui sait si je n’ai pas un complexe avec mon poids ? C’est un pari risqué pour un artiste. Vous ne trouvez pas ?

Comme je n’ai pas de complexe (en fait si, mais je vis bien avec), en jouant la vierge offensée parce que je ne tombais pas dans le panneau, il m’a juste donné le goût de pousser plus loin…

Oui être insulté, c’est chiant. Ce n’est plaisant pour personne, mais le débat était sur la censure. Comme je suis contre, je ne l’ai pas censuré. Je l’ai provoqué, c’est bien plus amusant. J’aurais pu l’ignorer, mais ce n’est pas dans ma nature.

Et puisqu’il m’a accusé de ne pas avoir d’humour, la réplique était inévitable…

Comme il m’a bloqué, je compte sur vous pour qu’il tombe sur ce texte un jour 😉

Mon cher Steph,

J’espère que ça ne te dérange pas que je t’interpelle ainsi.

C’est ça le problème de la vie d’artiste, quand tu deviens une vedette le public  te vois comme un membre de la famille. J’ai beaucoup respect pour les membres de ma famille, même pour les plus cons d’entre eux.

Par contre, avoir du respect ne m’empêche pas d’aimer me payer leur tête lorsqu’ils agissent en imbécile. C’est exactement l’envie, que tu m’as inspiré en débarquant sur mon mur avec tes gros sabots.

Je l’admets, mon intention était de provoquer. Je n’aurais jamais pensé qu’un si gros (gros dans le sens de vedette là, pas dans le sens que t’es gros) poisson (dans le sens que t’a répondu à la provocation, pas que t’as l’air d’un poisson) mordrait à l’hameçon.

Si j’ai bien compris ton raisonnement, pour toi la diffamation n’existe que si l’insulte est publique. Étant contre la diffamation, j’imagine que c’est pour ça que tu t’es gardé une petite gêne, et que tu as choisi la messagerie privé pour me garocher ton insulte.

Deux non-sens dans le même débat, ça fait beaucoup pour une seule personne.

Donc, pour éviter la diffamation, t’es tombé dans l’intimidation. Bravo. Oui oui, je sais c’était une blague pour me faire comprendre ton point. Il n’en demeure pas moins, que le débat portait sur une lettre publique qui se moque de 2 personnages publics. Ta tactique n’apportait rien au débat, pire ça sentait la bonne vieille stratégie d’utiliser la faiblesse de l’autre pour dominer le débat.

Ce genre de tactique en dit plus long sur toi que sur moi. ÇA c’est drôle.

Encore plus drôle, si je n’avais pas eu d’humour, ce genre de tactique aurait pu faire plus mal à ta réputation qu’à la mienne. La vie est bien faite quand même, non ?

Tu sais pourquoi j’ai un excellent sens de l’humour ? On m’a appris à prendre du recul…

Je ne connais pas le couple Lemay-Thivierge-Wolfe, mais vu la sortie de Guillaume, je suis convaincue qu’ils ont appris ça eux aussi. C’est ce qui distingue un artiste d’une vedette, c’est ce qui distingue l’humain, de l’égo.

Vu ta réaction (me bloquer parce que je n’étais pas d’accord o_O ), à mes yeux t’es plus proches de la vedette que de l’artiste.

Et, à la vedette je réponds : «Sylvain, lunettes.»

Signé : La grosse conne, qui t’aime ben pareil.

La liberté de s’abstenir.

« La liberté d’expression vaut non seulement pour les « informations » ou « idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels, il n’est pas de « société démocratique »

466320_10151111260159807_1925482447_oTout le monde crient à la liberté d’expression.  Mais qu’en est-il de la liberté de répondre à cette expression? Où est la limite?

Dans une air où en 5 minutes sur facebook on peut voir des « plugs anal » en queue de poney, un chien décapité par un enfant et une lettre ouverte d’une femme battue. Ou on peut voir des chanteuses a moitiées à poils et des status qui nous expliquent de quoi avait l’air le contenu d’une couche de bébé et etc. Nous sommes dans une époque où tout le monde a droit a son moment de gloire. Tout le monde peut ce ramasser une petite vedette « feu de paille » a un moment donné, à cause d’un exploit mais aussi, à cause d’une pure conneries. On s’auto-médiatise à un point où on ne peut exiger de ne pas être jugé en retour, c’est impossible. C’est humain de juger les autres, et oui. Même si on ne se l’avoue pas toujours, ON LE FAIT TOUS. D’autant plus lorsque quelqu’un donne un opinion non fondé, ou tiré par les cheveux. On ce dresse, on éclate de rire et on le partage dans certains cas. On crée des « cat-fight » comme dans notre jeune temps, parce que les résaux-sociaux, c’est comme une deuxième jeunesse. Certains se crée une popularité en écrasant les autres, parfois a l’extrême, d’autres n’ont qu’à exploiter leurs personnalitée extravagante de nature et etc. Parfois, on va trop loin. Parfois des excuses sont de mise. Parfois, tourner sa langue 7 fois n’était pas assez et on aurait du « fermer sa yeule » et, c’est le prix de la liberté d’expression. On doit comprendre que la liberté va dans les deux sens. Si tu décides de donner ton opinions, les autres ont le droit de donner la leurs par rapport a tes propos. Tu dois assumer se que tu dis, ou apprendre à t’abstenir. Et lorsque les insultes embarques, c’est « selon moi » un signe de faiblesse, un signe que tu jettes l’éponge…. Que tu aurais du te la fermer au fond.

Mais ne t’inquietes pas, toi qui a dépassé les bornes, dans quelques jours nous t’aurons tous oubliés. Ton moment de gloire sera terminé et la vie pourra reprendre son cours normal mais ce… Seulement si tu ne récidive pas. Apprend de tes erreurs mon ami, assume se que tu dis et gardes ton opinion pour toi si tu n’es pas prêt à en assumer les conséquences.

Facebook est une secte qu’il est difficile de quitter….

254 demandes d’ajouts, 658 messages, 231 notifications, 115 invitations a des jeux, 62 pokes et une tappe dans le dos de la part de Mark Zuckerberg me disant « T’ai pogné ici pour toujours! ».

Depuis que j’ai décidée de supprimer mon compte publique pour utiliser uniquement mon compte perso, facebook me donne envie de m’arracher les cheveux de sur la tete.

Fermer un compte semble SI simple quand on regarde l’option « Desactiver ce compte » mais, quand on a 38 pages et quelques groupes… C’est pas si facile. Au début je ne comprennais pas. Facebook m’affichait un message d’erreur me disant « Vous n’avez pas l’autorisation de fermer ce compte ». Mais bordel, si moi je ne l’ai pas… Qui peut bien l’avoir? J’ai donc baisser les bras, du moins pendant un certain temps… Juste le temps de me souvenir que j’ai laissée tout mes photos et mes infos dans ce compte maintenant inatif.Cet après-midi, j’ai décidé de tenter de me souvenir de mon mot de passe et de retenter le coup. Résultat? Rien, nada, nothing! Facebook n’a meme pas prit la peine de m’écrire un message d’erreur, il ne fesait que revenir a ma page profil. J’ai donc envoyée le message ci-dessous :

Chere personne qui sont payée pour lire ce message, j’en ai pleins le dos. Ma conjointe a qui appartient ce profil est décédé il y a quelques mois et je n’arrive pas a fermer sont compte. Le simple fait de voir sa photo dans le coin gauche de mon facebook lorsque je me connecte me donne envie de recommencer a pleurer. Je suis sous anti-depresseur depuis ca mort mais on dirait que c’est pas assez. Je commence a penser a entrer dans un Wal-mart avec un gun a paint-ball pour me défouler un peut. Mais bon, je ne commencerai pas a conté ma vie, je veux simplement plus voir ce compte.

Jugez-moi, car c’était une idée stupide. Une idée stupide qui a fonctionnée. Aujourd’hui, 17 juillet 2011, mon compte facebook est officiellement désactivé.