Les bonnes actions sont issuent d’une maladie contagieuse

Warning : En direct de la job, j’étais malheureusement un peut trop pressé de le poster. Désolé aux orthographobes mais, pas le temps de corriger ;).

970905_542460892461626_121636610_nIl était tard et, j’avais ma journée dans le corps. J’avais fini de travailler dans les 17h mais, j’avais été prendre un verre avec des collègues. J’attendais le métro, impatiemment à station Berri-Uqam quand un homme en habit s’approcha de moi. « Bonjours mademoiselle » qu’il me lanca gentillement. J’avais pas envie de parler à personne, et surtout pas de me faire cruzer. Je rendis son bonjours d’un ton sec et commenca a regarder dans le sens inverse, comme si quelque chose de palpitant s’y passait. Il me demanda « Comment ça vas? » et, sans meme le regarder je lui repondit « Ça vas merci » d’un ton tout aussi sec puis, me retourna du sens inverse de nouveau. Il enchaina avec « Comment c’est passé votre journée? » et je compris que malgré mon ton arrogant, il n’arrêtrait pas. Je pris donc mes jambes a mon coup et alla attendre le métro quelques pas plus loin. Heureusement pour moi, cette fois-ci il comprit le message.

Le métro arriva enfin et je pu m’assoir « tranquillement ». La fille a côté de moi parlait a sa mère et celle-ci etait sans doute atteind de surdité puisque sa fille lui criait dessus. En diagonale, un jeune « yo » qui écoutait de la musique si forte que j’avais l’impression d’avoir ses écouteurs sur les orreilles. Deux stations plus loin, une dame relativement agée vient s’assoirs en face de moi. Lorsqu’elle c’est assit, j’entendis un drôle de son, un genre de « ting », comme si un morceau de sa saccoche avant accrocher le métal du banc et, cela me fit gricher des dents. Elle était tellement heureuse, elle souriait tout seule. Tellement heureuse qu’elle tappait sur les nerfs de ma mauvaise humeur. Un peut plus loin, son humeur changa, son sourir ce transforma en tristesse. Je dirais même qu’elle avait l’air paniquée et ce tennait les deux orreilles. Elle regardait partout et, semblait être a un cheveux de pleurer. Je me souvains tout d’un coup du son que j’entendis lorsqu’elle c’est assit. Ce petit « ting » pouvait clairement être le son d’une boucle d’orreille qui tombe sur le sol a bien y repenser. Je me pencha subtillement en fis semblant de fouiller dans mon sac pour ne pas attirer son attention. Je n’était pas sur si c’est vraiment ce qu’elle cherchait ni le pourquoi elle était triste et je n’avais AUCUNEMENT envie de parler a qui que ce soit. Je voulais juste que mon air bête atteigne mon lit au plus « sacran ». A ma surprise, entre les deux bancs d’a côté, je vis une boucle d’orreille. Je regarda a nouveau la dame et vis qu’elle avait la même sur une orreille. J’alla la ramasser, et me dépecha d’aller lui donner. Elle attrapa ma mains avec ses deux mains et me regardit du même air que le chat botter puis, elle ce mit a pleurer. Elle ce leva et me donna le calin le plus fort que je n’ai jamais eu. Elle pleurait de plus belle. « Merci, merci, merci, merci! » Qu’elle me répetait en boucle. Elle détacha ses bras d’autour de moi et déposa ses mains sur mon visage. A mon grand regret, sous sa grosse couche de rouge a lèvre rouge comme le feu, elle me mitrailla de bisoux. « Merci, merci, merci, merci » Qu’elle repetait encore. Et moi  » Ca fait plaisir madame » a tout les 10 secondes. Je reussi a me detacher de la dame et retourna m’assoir sur mon banc pour constater que tout le monde dans le wagon nous regardait. La dame parlait si fort. Elle expliqua que ses boucles d’orreilles étaient le dernier cadeau que son défunt mari lui avait offert. On pouvait voir le visage des gens autour changer, s’émouvoir. On arriva a Langelier et la dame ce releva pour descendre du wagon. Biensure, avant d’en descendre, elle s’approcha a nouveau de moi pour me donner un autre calin ainsi que 2-3 bisoux au vole puis elle quitta. Tout le monde continuait de me regarder. J’étais aussi à l’aise que lorsqu’on me chante bonne fête et que je ne sais pas trop quoi faire.

Je ne sais pas si c’est une coïncidence ou, si les bonnes actions sont issuent d’une maladie contagieuse mais, arrivé a Honore-Beaugrand le jeune « yo » à la musique trop forte ferma son Ipod et réveilla la femme juste a côté pour lui dire que nous étions arrivés. Quelques pas plus loin, la jeune fille qui criait après sa mère aida une vielle dame a monter les marches.

Jusqu’à mon arrivé à la maison, je me surpris moi même à marcher le sourir fendu jusqu’au lèvre et a me faire dévisager par la mauvaise humeur de certains….

Publicités

Femme avec enfant ou maman?

Je me pose souvent la question à savoir pourquoi je n’ai pas beaucoup d’amis avec des enfants et, je crois aujourd’hui avoir comprit pourquoi.

Celons les exemples concrets qui m’entour, je ne suis pas une vrai maman. Je me considèrerais plutôt comme une fille, ou plutôt ou femme, avec un enfant. La différance? Le nom. Je suis d’abord et avant tout une femme avant d’être une maman, ce que bien dès mères semblent malheureusement oublier. Peut-être es ce de l’ingratitude de passer ca personne avant son enfant? Et je ne parle pas ici du plus poussé « Si vous étiez dans le désert et qu’il ne restait qu’une portion à manger » et même la, je crois que je la séparerais en deux. Pourquoi? Parce que de toute façon, mon enfant de survivrait pas seul. Il aurait besoin de moi. Suis-je née d’une autre planète pour croire qu’une mère heureuse fait des enfants plus heureux? Et si le fait de me cacher complètement derrière mon enfant et d’en faire mon sujet principal de conversation a tout les jours ne me rendait pas heureuse?  Si j’avais besoin de moment a moi, a parler de tout et de rien et a faire autre chose que de la discipline? Serais-je une mère ingrate pour autant?

Je n’ai plus vraiment d’amis avec de jeunes enfants puisque je suis tannée de parler d’enfants. Étrange? Peut-être bien. J’ai fréquentée longtemps une « maison de la famille » ou j’allais tout les mardi afin de me retrouver entourer de maman pour jaser. Je l’ai fréquentée jusqu’à ce que je me rendre compte que c’était comme un lavage de cerveau pour moi. « Mes enfants ont fait ci, mes enfants ont fait ca, je leurs ai acheté ci, je leurs ai acheté ca, ils ont dit ci, ils ont dit ca… » . Je ne savais pas vraiment ou me situer… Oui j’en achète des choses a ma fille, ou elle en fait et en dit des trucs mais… En parler pendant 4 heures tout les mardis avec des femmes aux foyer qui chialent a quel point leurs vie est dur a supporter, a quel point ils aimeraient aller prendre un verre avec des amis une fois de temps en temps mais que la vie de maman ne leurs permet pas a etc, l’idée ne me plait pas vraiment. « Oui mais Gabe, tu es monoparentale a 100% alors tu ne peux pas te le permettre! » me direz-vous. Et bien laissez moi vous dire que vous avez tors.

Ma fille ne mourra pas si je la fait gardée une soirée de temps pour prendre soin de moi, si je l’emmène chez des amis qui n’ont pas de jouet ou, simplement pas d’enfants de son âge pas plus qu’elle ne mourra si j’invite des amis prendre un verre a la maison. Elle ne mourra pas non plus si je suis malade et lui fait un bol de céréale pour souper, si elle saute une journée de bain ou si elle passe une journée en pyjama.

Ca l’air stupide écrit comme cela mais, c’est une réalité, certaine mère que je côtoie s’arracherais littéralement les cheveux de sur la tête en lisant ce petit paragraphe.

J’existe, je suis une personne a part entière et ma fille les la plus merveilleuse chose qui me soit arrivée. Elle fait partie de mon bonheur mais, n’est pas son intégralité. Je n’ai simplement pas envie de me réveiller a 40 ans, regarder en arrière et me dire remémorer tout ce don j’ai passé a coté. Peut-être suis-je une mère ingrate mais, si cet ingratitude est d’élever son enfant tout en restant moi-même alors oui je le suis et je l’assume amplement!

– Une femme avec un enfant.

Je me tuerais pour toi.

N.B.: Je ne vise personne en particulier. Je n’extériorise que mes constatations.

Éternelle empoté en matière d’amour et grande romantique au 29e niveau (mon cerveau ce met généralement a « off » au 28e), je ne vous mentirai pas en vous disant que je suis une experte en la matière.

J’ai simplement tellement de question et de dégout par rapport à ce qui peut être considéré comme de l’amour. L’obsession est-elle l’amour de l’époque? Doit-on forcément changer l’homme, ou la femme, en notre principale priorité de vie pour pouvoir aimer? Suis-je égoïste si je n’ai jamais été prête à me tuer pour aucun homme? Si je n’ai jamais dit a aucun qu’il était « l’homme de ma vie »? Si je n’ai jamais dit « je t’aime » rapidement?

Je t’aime.
Ce mot ne veut-il plus rien dire? Ce mot utilisé compulsivement pour tout et pour rien. Ce mot utilisé trop rapidement, et jette aux ordures quelques mois plus tard. Ce grand mot, maintenant devenu insignifiant et petit.  Peut-on vraiment connaitre une personne en une semaine ou, n’aimons nous que l’image qu’on c’est fait de celle-ci? Es ce parce qu’on ne fait plus rien pour impressionner et qu’on montre notre naturel au premier rendez-vous? Le charme du début est-il mort ou la rapidité constante et le sentiment d’urgence qui gouverne notre génération nous force a tout faire si rapidement?

Visibilité d’une relation.

  1. Hello! -2 months ago
  2. On baise? -2 months ago
  3. Je t’aime! -2 months ago
  4. * went from being « single » to  » in a relationship »* -2 months ago
  5. T’ai l’homme de ma vie! – 6 weeks ago
  6. * updated his current city to blablabla, Canada.* – 5 weeks ago
  7. J’ai jamais été aussi heureuse! – 4 weeks ago
  8. * went from being  » in a relationship » to « single »* – 14 minutes ago
  9. * updated his current city to blablabla, Canada.* – 13 minutes ago
  10. *Pu jamais! Pu jamais!* – 12 minutes ago

Puis répéter la formule.

Exemple télévisuel.

Comme beaucoup le savent, je n’en parle jamais *Notez ici le sarcasme*, j’ai un dédain extrême pour tout ce qui peut être obsessionnel. Que ce soit une obsession humaine ou simplement pour un hobby, j’en suis incapable! Je n’arrive pas à accrocher. Je ne peux pas croire que TA VIE toute entière tourne autour de la danse, d’un ballon de soccer, des voitures et etc tout comme je ne peux croire que TA VIE peut tourner autour de quelqu’un d’autre que TOI-MÊME. Notez bien ici que je ne parle pas d’égoïste extrême mais bien de pure logique, selons moi  encore une fois bien sure.  Les relations obsessive a la télévision me donne envie de vomir. Quel genre d’exemple, Edward et Bella de Twilight par exemple,  donne aux plus jeunes? Tu as 14 ans, tu n’es pas prête à te tuer pour ton chum? Alors tu ne l’aime pas. Ou bien Sookie et Eric… Et Bill de True Blood? Dur de plus être obsessionnel aussi. Combien de fois ce sont-ils complètement sacrifié (ou simplement offert) pour elle et ce, dès le début?  Es ce cela le « cute » romantisme? Maintenant, des fleurs et des chocolats c’est passé mode?

Peut-être es ce moi aussi, peut-être je n’attends pas assez de l’amour.  Peut-être je ne me laisse pas assez aller. Ou peut-être suis-je simplement trop logique et vielle mentalité.

Une voyante qui ne voit pas bien.

Ce post n’est pas de moi mais bien d’une gentille collaboratrice anonyme qui a voulu partager une récente péripétie sur mon blog.

Aujourd’hui, je suis allée voir une voyante-medium-canaliseuse ou queque chose comme ça. C’était la première fois que je consultais.

J’avais pas de question, j’avais pas besoin de savoir mon avenir, je voulais juste vivre l’expérience. Je n’avais jamais vu de voyante, jamais été tirée aux cartes, rien.

J’avais pris rendez-vous il y a 3 semaines et depuis, j’avais envie d’annuler. Je sentais l’arnaque… Oh! mon Dieu, est-ce que cela veut dire que je suis voyante???

J’arrive à la boutique 5 minutes avant l’heure prévue. Elle me dit qu’elle finit avec une cliente et qu’elle me rencontre après. En attendant, je fais le tour de la boutique de façon nonchalante, en m’assurant de ne pas faire d’arrêt ou de montrer de l’intérêt sur des objets qui pourraient la mettre sur des pistes.

Elle demande à son mari de la remplacer à la caisse et me dit qu’elle va aller se préparer et revenir me chercher. Je l’imagine faire un exercice d’intériorisation, brûler un encens, purifier les lieux,… Elle revient aussitôt et retourne derrière le comptoir. J’ai oublié mes cigarettes, qu’elle dit. Je retourne me préparer. Toute une préparation! Ma bulle vient de péter!

Avant de sortir, elle se retourne et me demande si ça me dérange qu’elle fume pendant la rencontre. Euh… non, que je lui réponds avant même d’y avoir réfléchi.

On entre dans une petite pièce pas décorée, avec un plastique transparent pour recouvrir les tuyaux ou autres machins qui étaient sur le mur (j’ai pas trop remarqué).

Je m’assoie sur le petit fauteuil laid plein de poils de chat; elle s’assoit devant moi à bonne distance sur un divan laid.

J’ai pris des notes avant ton arrivée, qu’elle m’annonce.

Je suis étonnée, j’ignorais que ça fonctionnait ainsi mais je reste ouverte à l’expérience. Je me dis néanmoins qu’elle aurait facilement pu aller sur facebook et avoir une foule d’informations à me refiler en faisant quelques liens et quelques tentatives.

Elle m’annonce d’emblée que contrairement à ce que les gens peuvent croire, je n’ai pas mauvais caractère. J’ai envie de réagir car je n’ai vraiment pas mauvais caractère, mais je ne veux pas lui donner de matériel alors je ne dis que: Ah! bon, je suis surprise.

Je conserve une posture décontractée mais pas trop, je fais attention à mes réactions et aux informations non-verbales que je pourrais laisser passer.

Gilles ça vous dit quelque chose… non
Robert ? … non
François ? … non
Un prêtre? … non
Un amant? Pas récemment.

Elle m’énumère ainsi nom après nom. Je veux bien, je me force, j’essais fort, je fouille ma mémoire, mais je ne vois pas de lien.

Son mari entre chercher son café. Elle interromps un instant la communication spatiale.

Elle reprend. Elle me parle de mon mari. Un vrai salaud, selon elle. Une brute. J’ai un couple qui bat de l’aile, qui n’en a plus pour longtemps. Là encore, je rie dans la barbe que je n’ai pas. Je vis avec une femme depuis 14 ans et mon couple se porte très bien. Mais ça je ne lui dis pas, je la laisse parler. Je reste impassible. Ça m’amuse.

Elle me pose une question sur mon père et n’écoute pas la réponse. Elle me dit qu’il hante ma maison, qu’elle le voit. Euh… mon père peut faire ça même s’il n’est pas mort? que je lui demande d’un ton innocent. Oups! Elle croyait qu’il était mort. Ton père va mourir. Je sais. Il est malade? Non, il est vieux.

Tu as des petits enfants? Oui. Ils veulent que tu fasses un bonhomme de neige.
(Quelle perspicacité! Mais va falloir attendre quelques mois avant que cette prédiction se réalise)

As-tu une horloge ronde? Je vois une horloge ronde… Désolée, je n’en ai pas. Je regarde l’heure sur le poêle. Tu es certaine que tu n’en as pas? Sûre et certaine!

Son mari entre de nouveau dans la pièce pour prendre le portable. Décidément, les entités sont bien patients. Et moi aussi.

Qu’est-ce qui vous est arrivé à 15 ans? Je réfléchie, je ne vois pas. À 7 ans? Je ne vois pas. À 26, 32, 41, 42? Je vois pas. (J’ai quasiment envie d’essayer ces numéro à la loterie). Qu’est-ce qui vous est arrivé à l’automne? En 1986? En septembre? En 2009?
Coup donc, c’est tu moi qui est supposée raconter mes affaires?

Là, elle me dit… j’ai l’impression de tourner en rond. Moi aussi j’ai l’impression que vous tournez en rond.

Est-ce que ta mère est décédée? (elle était plus prudente cette fois). Tu as quelque chose à elle chez toi? Non. Rien? Non. Cherche. Toujours rien. Un meuble? Une chaise? Un bijou? Non, j’ai absolument rien.

Entends-tu des bruits provenant de la cave? Oui… Ah! C’est ta mère! Non c’est la pompe qui se dérègle à chaque fois qu’on manque d’électricité. (J’avoue honteusement que je me payais un peu sa gueule).

J’entends que tu as besoin de preuves. Ça fait 4 fois que les entités me le disent.

Je l’observait en me demandant si elle four… arnaquait les gens volontairement ou si elle croyait vraiment qu’elle canalisait. Elle avait chaud.

As-tu un hangar chez toi? Non. Je veux dire comme un garage? Non. Un cabanon? Non plus.

Si je te dis aller à la pêche, ça te dis quoi?
À la pêche aux informations ou aux poissons?
La vraie pêche, qu’elle dit agacée.
Ça me dit rien.

As-tu un miroir chez toi? Quelle question! Bien sûr que j’ai des miroirs, j’en ai même un gigantesque en rond dans le salon (J’étais heureuse de pouvoir finalement lui donner une réponse positive! Notez qu’à cette étape, j’ai volontairement commencé à l’aider, à lui donner un peu de viande – elle avait l’air si désemparée – pôv elle, elle n’était même pas habile à faire semblant.)

C’est ça !!!! C’est ça le rond que je voyais!!!! J’ai confondu avec l’horloge mais c’est le miroir!!! Son enthousiasme était touchant à voir. Tu vas mettre tout de suite un drap là dessus! C’est par là que les entités entrent! Tous les noms que je t’ai dit tantôt sont des entités et ils vivent chez vous, tu les attires car tu as des dons de médiums

Ah! oui? Puis-je leur parler?, demandais-je avec enthousiasme.
JAMAIS! C’est très dangereux.
Même si je suis un peu voyante?

Vous croyez en Dieu? qu’elle demande.
Non
Alors vous allez faire cette prière.
C’est que, voyez vous, comme je ne crois pas en Dieu, … par contre, je peux faire brûler de la sauge, je le fais souvent, lui dis-je toute heureuse d’avoir trouvé un compromis.
La sauge ne donne strictement rien si vous ne faites pas LA prière que je vais vous dicter. (Ce ton là était vraiment non négociable).

Faites-le pas pis vous allez voir que votre couple va foutre le camps, vous reviendrez me le dire! qu’elle me dit fâchée noire.

Les « Guides » lui ont aussi dit qu’il fallait que je saute.
Que je saute? Comme sauter dans la vie?
Non sauter, comme sauter à la corde
Pas facile avec la poitrine que j’ai… les « Guides » ont vraiment le sens de l’humour.

Parlant de vos seins, ils m’achalent, qu’elle dit.
Ah! Oui? (C’est pas la réaction habituelle )
Je vois un cancer… faites vérifier ça.

Finalement, je n’aurai pas besoin d’aller passer une douloureuse mammographie puisqu’elle m’a également dit que j’étais pour mourir dans un accident le 20 janvier prochain.

Comme il me reste peu de temps, let’s Party!

Et si vous vous poser la question à savoir si j’ai payé pour ça… bien honteusement je vous dirai oui.

Écœurée de me faire décapiter.

Cette nuit, j’ai encore du courir en tentant de ramasser mes trippes qui trainnaient par terre.

J’étais assise dans les estrades du tournage de tout le monde en parle alors que, sans raison, ils m’invitèrent au milieu de la « scène ». Le plus drôle c’est que je comprenais parfaitement ce que je faisais la a ce moment. Tout était normal. Rendu au milieu, je me tenais face a un dinosaure qui me fixait étrangement droit dans les yeux avec une extrême fureur. Autour de moi, le plateau de tournage c’était transformé en un genre d’arène comme on voit dans les films romains.

La foule commença a hurler et a me lancer des légumes sur la tête. Encore une fois, c’était complètement logique. Il pleuvait des choux-fleurs et des brocolis mais, c’était logique. Le dinosaure commença a gratter de la patte comme un taureau pour avertir qu’il va attaquer et, je fis de même. C’était lui ou moi et, je n’allais certainement pas laisser un monstre disparu depuis des siècles m’empêcher d’assister a TLMEP. Il commença a courir vers moi et je fis un grand saut afin d’atterire sur sa tête. J’échoua lamentablement, je fis plutôt un bon de lapin. Il en profita pour me donner un coup de griffe qui me transperça la chair et laissa tomber mes intestins sur le sol. Je pourrais pas vraiment dire si c’était le stress ou la surprise du fait que ca ne faisait aucunement mal mais, je lui ria au visage.  La porte a coté de moi, qui venait d’ailleurs d’apparaitre, s’ouvrit et je courra jusqu’a elle tentant de soutenir mes intestins qui trainaient par terre. Lorsque je l’atteignis, je me réveilla.

Après venez me faire chier que le sommeil c’est reposant.

Facebook est une secte qu’il est difficile de quitter….

254 demandes d’ajouts, 658 messages, 231 notifications, 115 invitations a des jeux, 62 pokes et une tappe dans le dos de la part de Mark Zuckerberg me disant « T’ai pogné ici pour toujours! ».

Depuis que j’ai décidée de supprimer mon compte publique pour utiliser uniquement mon compte perso, facebook me donne envie de m’arracher les cheveux de sur la tete.

Fermer un compte semble SI simple quand on regarde l’option « Desactiver ce compte » mais, quand on a 38 pages et quelques groupes… C’est pas si facile. Au début je ne comprennais pas. Facebook m’affichait un message d’erreur me disant « Vous n’avez pas l’autorisation de fermer ce compte ». Mais bordel, si moi je ne l’ai pas… Qui peut bien l’avoir? J’ai donc baisser les bras, du moins pendant un certain temps… Juste le temps de me souvenir que j’ai laissée tout mes photos et mes infos dans ce compte maintenant inatif.Cet après-midi, j’ai décidé de tenter de me souvenir de mon mot de passe et de retenter le coup. Résultat? Rien, nada, nothing! Facebook n’a meme pas prit la peine de m’écrire un message d’erreur, il ne fesait que revenir a ma page profil. J’ai donc envoyée le message ci-dessous :

Chere personne qui sont payée pour lire ce message, j’en ai pleins le dos. Ma conjointe a qui appartient ce profil est décédé il y a quelques mois et je n’arrive pas a fermer sont compte. Le simple fait de voir sa photo dans le coin gauche de mon facebook lorsque je me connecte me donne envie de recommencer a pleurer. Je suis sous anti-depresseur depuis ca mort mais on dirait que c’est pas assez. Je commence a penser a entrer dans un Wal-mart avec un gun a paint-ball pour me défouler un peut. Mais bon, je ne commencerai pas a conté ma vie, je veux simplement plus voir ce compte.

Jugez-moi, car c’était une idée stupide. Une idée stupide qui a fonctionnée. Aujourd’hui, 17 juillet 2011, mon compte facebook est officiellement désactivé.

La fabuleuse histoire de Coupable et Innocente…

CE TEXTE EST PLUS QUE BOURRÉ DE FAUTES!

Il était une fois une jeune princesse du nom d’Innocente Rare qui attendait passiament son promis , Coupable Junkie, de son retour de voyage. Un voyage dans une jolie chambre 5 étoiles remplit de barreaux gris. Il fut parti pendant 2 ans, deux interminables année pour la petite Innocente qui ne vivait que pour son retour. A peine revenue, ils commencèrent a ce crier leurs amour sur tout les toits et ce démontrer leurs affection a coup de point. La romance a l’état pur.

Pour couronner son grand retour, il lui fit la grande demande :  » Je suis de retour dans ta vie. Tu me choisis moi, l’amour de ta vie, ou tes amis et ta famille. » . Envouté par les belles paroles de son doux prince, elle quitta sa famille et alla vivre la bourgoisit dans son chateau. A sa grande surprise, son prince ne vivait pas seul, il vivait avec plusieurs de ses amis, tous plus fou les un que les autres. Le premier ce nomait Mari, parce qu’il était doux et paisible. Le deuxième ce nomait Amphéte, parce qu’il était rapide comme l’éclaire et elle n’eu le temps de rencontrer les autres qu’elle fu charmée par Méthamphe qui était calin et colleux.

Après quelques semaines, Innocente n’eu plus a fuir sa famille et ses amis, ils la laissèrent vivre pleinnement son bonheur. Juste au moment ou ils ce firent a l’idée qu’elle ne reviendrait jamais au chateau, elle les appela : « Mère, mère, ne devinez vous point la gradiose nouvelle? Vous serez grand-mère! ».  Tout exité, Coupable décida de ce rentre a la grande-ville pour aller chercher l’essentiel a la naissance du poupons et c’est a ce moment qu’il ce vit convonqué de force a un nouveau voyage . « Mais, je ne peux, cet enfant me sauvera, il nous sauvera tous! ».  La belle Innocente, rappela sa famille et ses amis en pleure, ne sachant pas quoi faire mais personne ne lui répondit.

… A suivre.

Trop jeune pour écrire une bio, et pourtant déjà hasbeen.